Compte rendu de la soirée du 22 février 2018 par Amandine ROVERE

Classé dans : Billets | 0

Cette soirée est consacrée à l’AMOUR, en hommage à la Saint-Valentin, thème choisi par Nùria.

Pierre-Alain a accueilli, 3 nouvelles venues dont la fille de Françoise Jouan (voilà une belle preuve d’amour filial, soit dit en passant), Nicoletta qui revient pour la troisième fois ainsi que Sabra.

Karen, en qualité de Grammairienne, a choisi le mot « Fidélité », terme à reprendre à chaque prise de parole que l’on soit orateur, évaluateur ou improvisateur.

Puis Françoise, animatrice ce soir, rentre dans son rôle équipée de lunettes et d’un immense cœur rouge en rapport avec le thème. Elle reprend les différentes définitions, les expressions idiomatiques françaises, les films les plus connus et des anecdotes amusantes de la vie de couple. Un travail préparatoire apprécié et présenté tantôt avec sérieux, tantôt avec humour.

 

Quand le meneur des improvisations nous fait chavirer :

 

Ce soir le thème inspire Mireille qui va imaginer des situations cocasses auxquelles les volontaires désignés devront se plier :

  • Fabienne nous a rappelé comme il est doux de dire « Je t’aime » à l’homme aimé, juste parce que le sentiment est plus fort que tout. Ces mots doux devenus naturels, représentent pour elle l’ultime preuve d’amour.
  • Nicoletta a défini sa manière de plaire : être soi-même, sans fard. Montrer ses défauts pour ne pas décevoir, mais aussi pour laisser à l’autre le soin de découvrir ses atouts.
  • Claude rêve d’emmener son amoureuse à Florence car l’Italie est une des destinations des plus romantiques. Mais un voyage improvisé en stop, car, même lorsque l’on n’a pas d’argent, l’amour prime.
  • Jérôme, a insisté sur l’importance de sortir de nos protections dues à nos déceptions amoureuses passées. L’essentiel pour lui est de se rouvrir à de nouvelles aventures, il n’a d’ailleurs pas hésité à ouvrir la porte de la salle en guise d’illustration.

La salle applaudit et vote pour la meilleure prestation, sous le regard tendre d’une Mireille comblée.

 

S’enchainent les discours préparés…

Nicolas COILLARD « Les gonfleurs d’hélices », un discours N°2 : il aime les avions, leur technologie le fascine. Dans les années 30, l’aviateur choisissait ses hélices pour leur inclinaison et leur mise sous pression. Aujourd’hui, les gonfleurs d’hélices sont ceux qui cherchent à innover. Ce sont eux à qui l’on dit « redescends sur terre ». Ainsi, Nicolas nous rappelle que ceux qui ont changé le monde, Simone Veil,  Mohamed Yunus, ou le PDG de Danone ont travaillé sur des sujets précis pour changer les choses. Si les avions ne décollent pas forcément dans le sens du vent faisons de même. Armons-nous de courage et faisons face, comme eux pour amener le changement.

Patrick Manet, « Trouver l’essentiel », un discours n°3 : nous avons 45% de divorces avant l’âge de 60 ans et voyons l’émergence de familles recomposées. Où est passé l’engagement ? La société nous fait faire des écarts et il est devenu difficile de rester fidèle. La société de consommation rend la gratuité accessible, tout devient facile, prendre du recul est nécessaire. Faire des retraites, suivre le chemin de Compostelle et prendre soin de sa santé sont autant de moments de retour à soi pour ne pas se disperser.

Yannick Barras et son « Caprice Nippon », un discours n°5, nous a retracés son histoire dans la compétition depuis sa tendre enfance jusqu’à sa qualification aux jeux Olympiques de Tokyo. Elle a rappelé son engagement dans son sport pourtant considéré comme un simple loisir, et ses déceptions. L’entourage, les entraîneurs n’ont pas su trouver les mots adaptés avant, pendant, ni après son moment de gloire.

Nuria Gala, « La plus belle histoire », un discours n°8 : une rétrospective de la guerre en Espagne et d’une rencontre amoureuse. Trois soldats déserteurs passent la frontière française et trouve un village perché dans les Pyrénées. Une famille les accueille une dizaine de jours. Or, 3 filles vivent là. Lors d’une fête, un couple s’est formé. Ils sont amoureux mais ne le savent pas encore. Cet amour est celui de ses grands-parents qui restèrent unis toute leur vie.

Magali Defleur, « Des mots qui nous baladent », discours N°9 : elle nous rappelle que le sens des mots revêt une importance capitale dans nos échanges avec les autres – Les Inuits utilisent 17 mots pour exprimer la neige, par exemple – Elle note à quel point le discours politique peut être inintelligible et le démontre avec des petits cartons. Son message : “écoutez pour bien comprendre le fond des discours prononcés chez Toastmasters, ils n’ont pas forcément le sens que vous leur prêtez”.

La salle applaudit et vote pour l’orateur le plus performant, accompagnée d’une Françoise concentrée.

Le bal des évaluateurs :

 

Nathalie a retracé les atouts de chaque improvisation pour souligner les phrases clés, les mimiques et les attitudes appropriées de chaque intervenant, le tout dans une bienveillance réelle.

Laurent Boghossian, en show-man aguerri, nous fait applaudir très fort pour accueillir nos évaluateurs :

  • Jean-Michel, a retracé son bonheur à redécouvrir l’aéronautique des années 30, présentée par Nicolas. Un bel éloge de la présentation élégamment mené.
  • Manon a trouvé des éléments précis pour orienter Patrick dans ses déplacements et lui a donné quelques astuces pour mieux structurer ses différentes parties.
  • Amandine a salué le discours très personnel de Yannick et a souligné ses excellents déplacements sur les 4 points cardinaux, l’utilisation de ses mains, son clin d’œil et ses déhanchés. La variation vocale comme la conclusion étaient parfaitement maîtrisées.
  • Bruno a salué l’authenticité du discours et la richesse des supports visuels : “une présentation ppt, un chapelet, un Smartphone”. L’usage de l’espace sonore : “Nùria a lancé la musique”. Quelques regards au sol et un retour sur le fond : « qu’est ce qui fait que l’on reste ensemble » ? Ce qu’il aurait aimé savoir.

En tant qu’évaluateur général, Laurent a invité son équipe technique à se prononcer :

  • Fabienne a joué à fond son rôle de scrutateur des hésitations et gaffes, précisant que le chapeau n’était pas bienvenu, les retards évités, les « Heu, donc » trop nombreux.
  • Karen a souligné qu’il était bon de ne pas relâcher notre vigilance. Les termes « coolitude », ou « le mec bourré dans la voiture » sont des expressions à éviter. Les citations et les devises étant, elles, bienvenues.
  • Claude au chronomètre, mentionne que les temps ont été respectés de manière générale. Ce rôle demande beaucoup de concentration et d’esprit d’équipe, car le Président veille ;-).

De retour sur scène, Laurent a souligné l’émotion qui s’est dégagée durant la soirée.

Pierre-Alain a clôturé la séance en mentionnant que la mise en place des soirées à thèmes était inspirante et qu’elle serait maintenue dans les prochaines sessions.

A l’issue de cette soirée,  Toastmasters a obtenu 1 adhésion supplémentaire. Et une des invitées de préciser qu’elle avait été « impressionnée par la sincérité des commentaires et l’ambiance bienveillante des membres ».

 

Rendez-vous le 8 mars prochain, à l’Auberge de

jeunesse 3 Avenue Marcel Pagnol, 13090 Aix-en-

Provence (près de la Fondation Vasarely).

 

 

Laisser un commentaire